HAMMERFALL interview

Publié le par HeavySoundSystem - leppard62

 

   

Fredrik Larsson - HAMMERFALL 

interview 12 décembre 2008

  

C’est le 20 février 2009 que sortira le nouvel album studio de HAMMERFALL : NO SACRIFICE, NO VICTORY. Fredrik Larsson (bassiste) s’est proposé de le présenter au HEAVY SOUND SYSTEM. Par la même occasion, il nous explique pourquoi il revient au sein du groupe après dix années d’absence, il nous présente PONTUS (le nouveau guitariste), il nous rappelle qui est HECTOR…

J'ai en ligne un garçon fort sympathique : FREDRIK est très calme, posé et réfléchi… Allo !
       
 

Bonjour FREDRIK ! Bienvenue dans le HEAVY SOUND SYSTEM !

 

Fredrik Larsson : Merci !

 

Comment vas-tu ?

 

Fredrik Larsson : Très bien. Nous sommes vendredi soir. Tout va bien !

 

J’imagine que la promotion du nouvel album de HAMMERFALL, NO SACRIFICE, NO VICTORY, commence à vous donner beaucoup de travail…

 

Fredrik Larsson : Pas trop pour le moment, le plus gros arrivera en janvier. C’est un long processus puisque nous avons enregistré en août.

 

Que penses-tu de ce nouvel album?

 

Fredrik Larsson : Je pense que c’est un disque très puissant. Il est composé de titres très variés et cela va être difficile d’en choisir les morceaux à jouer live. Je crois que cela va nous prendre un long moment pour déterminer nos choix. Cet album est un grand pas pour HAMMERFALL. Il a le son HAMMERFALL mais c’est un nouveau virage.

 

Qu’est-ce qui te fait dire cela ?

 

Fredrik Larsson : Peut-être au niveau des attitudes vocales. Plus de variantes et le son est un peu plus heavy. C’est un recueil de superbes chansons.

 

Et de plus, cet album est très accessible car mélodies et refrains se mémorisent très facilement.

 

Fredrik Larsson : Oui, les refrains sont très forts.

 

Quels thèmes abordez-vous dans vos textes ?

 

Fredrik Larsson : Tous sont différents mais le message en serait « Crois en toi, gardes la foi en ce que tu crois, lèves-toi pour cela, vis ta vie comme tu veux la vivre ». Bien que les chansons n’aient rien à voir entre elles, c’est ce qui peut en ressortir au global.    

 

Et le titre NO SACRIFICE, NO VICTORY résume un peu cette pensée…

 

Fredrik Larsson : Oui, tu peux calquer cela sur l’album… Nous lui avons tout donné : « sang et pleurs ». Ceci s’attache à toutes les choses de la vie. Tu dois faire des sacrifices pour obtenir mieux.

 

Parmi les titres de cet album, on trouve une reprise des KNACK, MY SHERONA. La reprise de ce hit est très surprenante et excellente, qui en a eu l’idée ?

 

Fredrik Larsson : Cela vient de la dernière tournée, OSCAR faisait son solo, non plutôt des riffs de ses groupes préférés, ACCEPT, JUDAS PRIEST, ce genre de groupes et un soir, il a juste joué l’intro de MY SHERONA… Le public a apprécié et nous avons pensé qu’il serait bien d’en faire quelque chose. D’où cette reprise. Nous nous y sommes essayés et cela a marché. Elle sonne comme un titre de HAMMERFALL bien que ce soit une vieille chanson. C’est amusant !       

   

J’ai pu lire que vous prépariez une vidéo promo du titre ANY MEANS NECESSARY. L’avez-vous enregistrée à ce jour, tu veux bien nous en dévoiler un peu plus ?

 

Fredrik Larsson : Oui, nous l’avons enregistrée, voilà deux semaines à Belgrade en une journée, ce qui est très rapide ! Tout a été travaillé sur écran vert et nous n’avons rien vu de la vidéo… Nous avons juste joué devant cet écran vert. Nous avions bien entendu un synopsis ! Tu veux que je te raconte la vidéo ?

 

Mais bien sûr !

 

Fredrik Larsson : Avec plaisir. Alors que nous jouons et avançons dans le titre, le clip semble lui, remonter dans le temps, nous jouons sous un déluge et plus nous approchons de la fin du clip, plus les choses deviennent claires et nous apprenons ce qui c’est réellement passé pour en arriver à un telle situation. Je pense que c’est un bon scénario et c’est pourquoi nous avons tenu à réaliser cette vidéo. C’est un peu ce que l’on retrouvait dans le clip de NATURAL HIGH.

 

 

       


Venons-en maintenant à la pochette de ce nouvel album. Nous y retrouvons à nouveau HECTOR. Qui est-il et quel est son rôle ?

 

Fredrik Larsson : Le guerrier HECTOR dont le nom a été proposé par les fans eux-mêmes est toujours là depuis 1997. L’idée de l’associer au nom de HAMMERFALL était bonne… J’ai grandi avec EDDIE sur le pochettes d’IRON MAIDEN ou avec SNAGGLETOOTH de MOTORHEAD. Je pense que c’est bien de laisser le personnage évoluer au fil des pochettes, c’est pour cela qu’il est avec nous et qu’il le sera toujours. Maintenant qui est-il ? C’est une question difficile… Euh…, nous avons une chanson sur notre album qui traite d’HECTOR. Il s’agit de HALLOWED BE MY NAME ; JOACIM t’en parlerais mieux que moi... HECTOR a été banni pour quelque chose qu’il n’a pas fait et il lui faut parcourir la Terre entière. Et peut importe ce que les autres pensent car lui est toujours resté authentique. Personne ne peut lui ôter son identité… C’est l’histoire de HALLOWED BE MY NAME.  


Pour quoi se bat HECTOR ? La justice, la liberté…

 

Fredrik Larsson : HECTOR se bat pour tout. C’est un gars qui s’élève pour le HEAVY METAL, contre la pauvreté ou toute injustice quelle qu’elle soit. C’est un homme sur qui l’on peut toujours compter.    

 

Venons-en maintenant au titre de l’album, NO SACRIFICE, NO VICTORY, avec plus de précision. Y-a-t-il dans ce titre une relation avec le turn-over du line-up ?

 

Fredrik Larsson : Euh… Je ne suis pas sûr que cela ait une relation… J’ai joué avec STEFAN (ELMGREN) environ un an avant qu’il ne quitte le groupe…

 

Oui, il a quitté le groupe pour devenir pilote de ligne !

 

Fredrik Larsson : Oui, il devait se partager entre deux souhaits… Devenir une Rock Star ou un pilote de ligne. Mais je pense qu’il est très satisfait maintenant. Il ne pensait pas avoir ce job si vite. Je crois qu’il a essayé de concilier les deux, HAMMERFALL et pilote, mais être dans HAMMERFALL est un job à plein temps… J’ai revu STEPHAN dernièrement, on a regardé quelques films et bu quelques bières… Il est père de famille aussi, il a une petite fille…

Concernant MAGNUS (ROSEN), je ne peux pas dire avoir parlé avec lui, je suis pas un de ses fans. Je ne connais pas la raison pour laquelle il a quitté le groupe mais ce que j’ai entendu c’est qu’il y avait un souci de divergences et de personne. C’est certainement mieux pour les deux parties.

 

Il a déclaré ne pas pouvoir s’exprimer en tant que bassiste dans HAMMERFALL, qu’il était obligé de jouer les lignes basiques et que jouer de la sorte ne le satisfaisait pas. Approuves-tu ce qu’il a dit ? Est-il si simple de jouer de la basse dans HAMMERFALL ? Est-ce si… basique ?

 

Fredrik Larsson : Non ! Euh… Ce que je pense en tant que bassiste, c’est que tu ne peux pas jouer de la basse comme un guitariste solo en matière de Heavy Metal et en particulier chez HAMMERFALL. Euh, je dirais que j’accepte certainement mieux que ce type de jouer pour « la » chanson. Je donnerais le meilleur de moi-même pour une chanson. Le plus important est d’avoir du groove avec la batterie et de dresser les fondations pour la guitare.

 

MAGNUS a quitté le groupe en mars 2007, il te remplaçait et aujourd’hui, tu le remplaces à ton tour ! La boucle est bouclée !

 

Fredrik Larsson : (rires) C’est vrai que c’est marrant ! Cela faisait dix ans que j’étais parti.

 

Qu’est-ce qui t’a décidé à revenir dans le groupe ?

 

Fredrik Larsson : Et bien, quand j’ai quitté le groupe, j’étais intéressé par toutes les tendances musicales et je voulais faire tellement plus et autre chose que du Heavy Metal. J’ai fait du Trash Metal, du Death Metal, j’ai exploré cela dans d’autres groupes et je ne pouvais donc pas m’adonner à cent pour cent à HAMMERFALL. J’ai pensé qu’il valait mieux partir et laisser la place à quelqu’un d’autre. Je n’ai jamais regretté d’avoir quitté HAMMERFALL, cette question m’est souvent posée… En dix années et dix ans plus vieux, j’ai joué dans beaucoup de groupes différents, plus récemment dans EVERGREY avec lequel j’ai vécu de bons moments et avec lequel  j’ai enfin pu vivre de la musique. Quand j’ai lu que MAGNUS avait démissionné, l’idée d’être appelé ne m’a même pas effleuré. Je ne pensais pas apporter de solution quand JOACIM m’a contacté pour me demander de venir jammer sur de vieux morceaux. J’ai répondu : « bien sûr, pourquoi pas ? ». Jamais je n’ai regretté de partir et je devais à nouveau saisir cette chance. Nous passons de bons moments ensemble maintenant !

 

Cela semblait fonctionner avec EVERGREY, tu as simplement quitté le groupe parce que HAMMERFALL nécessitait un nouveau bassiste ?!

 

Fredrik Larsson : Oui, je devais prendre cette décision. C’était une décision difficile mais je suis bien mieux musicalement dans HAMMERFALL. EVERGREY a besoin d’un bon bassiste pour son style de musique et cela n’évoluera que dans le bon sens. Ah, ah …

 

Tu reviens donc à tes premières amours !

 

Fredrik Larsson : Oui ! Hé, Hé… C’est ça ! 

Un ex-POODLES vous a rejoints : PONTUS NORGREN. Joue-t-il aisément les compositions de HAMMERFALL car les styles des deux groupes n’ont rien à voir...

 

Fredrik Larsson : PONTUS est un guitariste qui s’adapte aisément. Je dirais qu’il connait tous les types de Metal... Même depuis le blues des années 70 au plus dur du Heavy Metal. Il connait tous les styles musicaux. En plus d’être un bon guitariste, il est un chic type. J’ai travaillé avec lui, il a quelques années et dès que PONTUS a été choisi, j’en ai frissonné car c’est vraiment un chic type. Il s’adapte parfaitement à HAMMERFALL. Il est très créatif et cela ne pourra que s’améliorer !  

 

Tu as joué aussi avec des groupes de Death Metal…

 

Fredrik Larsson : Oui, DEATH DESTRUCTION, un projet avec HENRIK (DANHAGE) et JONAS (EKDAHL) de EVERGREY. Euh, oui ! J’ai joué avec beaucoup de groupes avant ça. Mais DEATH DESTRUCTION n’est qu’un projet et dès que nous aurons du temps nous réaliserons un disque quelque chose comme ça.

 

Comment expliques-tu que des musiciens qui ont joué du Metal Extreme en arrivent à un Metal plus traditionnel, comme le Power Metal ? C’est notamment le cas pour certains d’ex ou actuels membres de HAMMERFALL qui ont fait partie de IN FLAMES ou DARK TRANQUILITY par exemple…

 

Fredrik Larsson : Euh… Si tu prends pour exemple IN FLAMES ou DARK TRANQUILITY, tu peux remarquer que le fossé n’est pas si large : c’est mélodique, peut-être pas vocalement, mais par les guitares. La grande différence vient du chant effectivement selon le style de Metal choisi.

 

Selon toi, le Power Metal obtient-il plus de succès que le Metal Extreme ?

 

Fredrik Larsson : Je dirais que le Heavy Metal a une large fan-base. On appelle simplement cela Metal Extreme parce que  c’est extrême. Plus ou moins de gens « extremes » connaissent la fan-base Heavy Metal… Je ne sais pas, je ne suis pas sûr… Ceux qui écoutent du Heavy Metal n’écoutent pas de Metal Extreme. Cela n’empêche pas que beaucoup de monde écoute du Metal Extreme, mais pas des gens « ordinaires », je crois…  

 

Revenons à la prochaine tournée de HAMMERFALL ! Répétez-vous en ce moment ?

 

Fredrik Larsson : Non, pas pour l’instant. Nous faisons un break. C’était la semaine dernière ou d’avant ? Une partie de la semaine dernière et en ce début de semaine, nous avons répété plusieurs fois. Mais nous allons prendre un peu de temps pendant les vacances de Noël. Nous reprendrons frais et dispos en janvier. Nous irons chez JOACIM dans le nord de la Suède pour répéter une bonne semaine.

 

Pour ta part, tu dois avoir beaucoup de travail, tu as perdu dix années de HAMMERFALL !

 

Fredrik Larsson : Hé, hé ! J’en ai joué quelques-unes depuis… Nous sommes allés en Amérique et avons effectué une mini-tournée en Allemagne pour le dixième anniversaire du groupe. Cependant, sur le nouveau tour, nous jouerons plus de nouvelles compositions. PONTUS et moi avons le plus de travail mais pour les autres, ce sera bien aussi de jouer des chansons jamais reproduites en live.

 

La plupart des dates planifiées le sont en Allemagne. Est-ce le pays du Metal ?

 

Fredrik Larsson : Nous avons de nombreux fans en Allemagne, c’est probablement pour cela que nous nous y produirons en majorité. Nous ne sommes pas décisionnaires en terme de planning. Nous avons des souhaits bien entendu, mais les tournées sont organisées au mieux de sorte de jouer dans toute l’Europe.

 

Vous jouerez le 3 mars prochain à Paris et le 4 à Lyon, cela fait peu… Vous allez frustrer nombres de vos fans !

 

Fredrik Larsson : Oui et la France est un grand pays. C’est moche. Je n’ai encore jamais joué en France avec HAMMERFALL mais avec EVERGREY. Le public est bon et c’est une honte de ne prévoir que deux dates. Je ne peux malheureusement rien y faire.

 

C’est vrai que c’est décevant dans la mesure où HAMMERFALL a déjà joué dans d’autres lieux, il y a un long moment déjà…

 

Fredrik Larsson : Ceci étant, j’espère qu’il y aura beaucoup de monde pour ces deux shows et nous demanderons aux allemands de donner de leurs shows la prochaine fois ! (rires)

 

As-tu un message à livrer aux HEAVY SOUNDERS ?

 

Fredrik Larsson : Soyez prêts car cette fois nous allons donner des sets avec beaucoup de chansons inattendues et ce ne sera pas l’habituel « pyro-show » comme HAMMERFALL l’a fait par le passé. Cela sera vraiment nouveau et frais ! Ce seront mes derniers mots ! (rires)

 

Je te souhaite d’ores et déjà une bonne année 2009 et qu’elle soit « l’année HAMMERFALL » !

 

Fredrik Larsson : Oui, je l’espère ! Bonne année à toi aussi !



Entretien téléphonique du 12 décembre 2008

Publié dans Interviews

Commenter cet article