CRACKMIND interview (2009) - HEAVY SOUND SYSTEM

Publié le par HeavySoundSystem - Oliiver

 

Crackmind---Ecriture.jpg 


 

 Né en 2000, c’est après 3 démos et plusieurs recompositions que Crackmind (sympathique formation du Nord - Pas-de Calais) édite « Call MIND-1-1 », premier album aux 8 titres Power-Rock, en avril 2007.

En septembre 2008, le groupe sort sa nouvelle carte de visite, un Ep direct et efficace de 4 titres intitulé « A Rose May Fly… », prévue pour annoncer l’arrivée en 2009 d’un album ambitieux. Conscient de l’enjeu et confiant dans son projet, Crackmind en a confié la réalisation à Olivier T’Servrancx d’Electrik Box (Black Bomb A, Darkness Dynamite, Glowsun, Monroe Est Morte, Zoe…) et le mastering à Remy Deliers (Demians, Darkness Dynamite, Belle, Om Mani, Syn, Down for Good…). Le groupe cherche actuellement des partenaires intéressés pour participer à ce nouveau projet : distribution, license, dates de concerts, festivals…

L'occasion était donc toute trouvée pour contacter la bande ! 


10 QUESTIONS A CRACKMIND


Voulez-vous pour commencer vous présenter et vous raconter ?

 

Alcatraz : J’ai monté mon 1er groupe, ETERNAL, en 1991. On jouait un genre de Doom/Death-Metal influencé par Paradise Lost. En 1996, ce groupe a sorti un EP, « From the Free » produit par Stéphane Buriez. A partir de 1996, nous avons un peu changé nos ambitions et du coup recruté un nouveau chanteur. C’est ainsi que Normann a intégré ce qui est devenu E-TURN. Puis mon boulot m’a contraint à vivre sur Paris et il m’est devenu difficile de continuer à gérer ce groupe à distance. Il est mort. Par contre, l’envie de faire de la musique n’a jamais disparu ! Du coup, en 2000, quand j’ai reçu un texto de Normann qui disait : « On se remet quand à la zik ? », j’ai immédiatement répondu : « Ok, c’est parti ! ». CRACKMIND est né.

 

Normann : On est en 1997 et mes potes d’ETERNAL cherchent un nouveau chanteur. Sur la base des quelques sons émis lors de soirées bien arrosées, on s’organise une petite audition par amusement et pour voir. Bon ! La prestation était à la hauteur d’un mec qui n’a jamais tenu un micro de sa vie… Ca devait s’arrêter là mais le batteur de l’époque qui avait un sérieux background dans le chant m’a semble-t-il défendu lors de leur débriefing évoquant l’existence d’un potentiel. Du coup, les essais se sont multipliés et ma place dans le groupe confirmée. La suite rejoint l’évocation précédente d’Alcatraz.

 

Lloxan : J’ai débuté à la guitare entre 1986 et 1988 dans un groupe de potes du collège nommé STOMOXE. De cette folle aventure, seuls quelques concerts verront le jour sur St-Omer, Montreuil-sur-Mer, Le Touquet. Quelques années plus tard, j’intègre FRID’JAZZELIC, groupe de reprises de Funk, Acid-Jazz. A cette époque, je prends des cours à l’EMM (Ecole des Musiques Modernes) de Lille avec un certain Alain Deruelle qui créera par la suite l’EF2M de Tourcoing. Ayant toujours écouté et aimé le Hard Rock et le Metal et désirant faire autre chose que des reprises, je décide de zyeuter les petites annonces sur le net dans le but de trouver un groupe dans ce style musical ayant quelques bagages et un devenir en construction. Nous sommes en train d’écrire la suite

 

Lumber Jack : Je suis le batteur depuis 2006. J'ai commencé la batterie à 13 ans en 1993. J'ai joué dans une 1ère formation, BLOODY SENSATION, influencée par Guns N’ Roses, avec laquelle on répétait dans le garage de mes parents. Quelques années après, en 1996, j'ai joué dans une autre formation LEECH avec qui j'ai réalisé le premier cd. Le groupe a pris fin en 1999. Entre 1999 et 2006, plus de groupe pour diverses raisons. Puis un matin de juillet 2006, j'ai vu une petite annonce sur le net et après une rencontre avec les membres de CRACKMIND, j'ai adhéré au projet et nous voilà en 2009 !

 

Max : J’ai commencé la basse début 2002 et j’ai rapidement joué en groupe avec des potes sans parvenir à faire quelque chose de sérieux. En 2004, j’intègre un groupe de reprises ska/rock qui évolue vers la composition et devient SKAM. En 2006, avec ce groupe, j’enregistre en studio une démo 4 titres. Le groupe n’ayant pas d’avenir sérieux, en mai 2008, en voyant que CRACKMIND recherche un nouveau bassiste, je décide d’auditionner. Je suis pris et c’est parti pour de nouvelles folles aventures avec CRACKMIND.

 

 


HSSCrackmind---photo-officielle-1---2008 

 


Quels sont vos styles de musique favoris et influences ?

 

Alcatraz : J’ai toujours baigné dans le blues et le rock grâce à ma famille mais je me suis pris mes premières claques avec « Appetite for Destruction » de Guns N’ Roses et « Dr. Feelgood » de Mötley Crüe ! Naturellement, j’ai commencé à écouter du Hard-Rock à fond et mes goûts se sont progressivement ouverts aux styles plus radicaux : Death, Doom, Metal en général. Du coup, j’écoute un peu de tout ! De Led Zep à Shining, de Black Sabbath à Opeth ! Niveau guitaristes, je suis fan de Slash bien sûr (période Guns… triste à dire ça ?!) mais surtout de Zakk Wylde (Black Label Society, Ozzy Osbourne) !

 

Normann : C’est vaste mais le premier son qui m’a réellement bouleversé à l’époque c’est « Appetite for Destruction » de Guns N’ Roses. A partir de là, au fil des années, on écoute plus ou moins tel ou tel style mais la tendance générale est là. S’il faut donner quelques noms de groupes, je dirais : Metallica, SOAD, QOTSA, Audioslave,… Dernières bonnes sensations avec Viking Skull et le « Fused » de Tony Iommi que j’ai découvert récemment.

 

Lloxan : Le Hard Rock, le Metal bien sûr. J’ai aussi eu une période Jazz, Acid Jazz mais je n’écoute plus trop ces trucs là maintenant. Par contre, je pense que certaines influences en ressortent parfois dans mes impros ou soli. Lorsque tu bosses pendant des années sur du Jamiroquai, Maceo Parker, Incognito ou Brand New Heavies, ça ouvre l’esprit et éduque tes oreilles à d’autres sonorités. Concernant le monde du Rock, je citerais Guns N’ Roses, Black Sabbath, Metallica, Iron Maiden, ACDC, Alice Cooper, Gary Moore, Judas, Black Label Society.

 

Lumber Jack : J'ai toujours été impressionné par les Guns et Metallica. Depuis, je me passionne aussi pour des batteurs comme Chambers, Portnoy, Simon Wright, Chris Slade ou Nick Menza. J’ai également été élevé à la sauce Nirvana.

 

Max : J’ai véritablement commencé à écouter du Rock vers 15/16 ans. Ma curiosité s’éveille petit à petit et me fait découvrir de nombreux groupes du monde du Rock. A l’heure actuelle,  je suis ouvert à tous les styles de Rock et de Metal. Mes plus grands coups de cœur ont été pour Watcha (Veliki Circus en particulier), Dream Theater, Rage mais également Rage Against the Machine, Guns N’ Roses, Metallica (haaa… le Black Album !). Plus récemment, j’écoute aussi le dernier Birdy Nam Nam, qui n’a rien à voir avec le rock, mais je suis ouvert à tout. Les bassistes que j’affectionne tout particulièrement sont Flea des Red Hot et Dirk Lance, l’ancien bassiste d’Incubus.

 


A propos du groupe :

 

Alcatraz : Normann et moi avons formé le groupe en 2000. Pour faire très rapidement la bio, disons que nous avons travaillé à distance jusqu’en 2002, date à laquelle je suis revenu sur Lille. Nous avons sorti en 2001 et 2003, deux petites démos avec des potes à la basse et à la batterie pour nous faire connaître un peu mais surtout pour apprendre à nous auto produire (son, graphisme). En 2005, nous avons intégré une nouvelle session rythmique qui nous a permis de sortir une démo un peu plus sérieuse, « Shakearth ». Là, nous avons commencé à faire pas mal de petits concerts. En 2006, nous avons changé de batteur pour intégrer Lumber Jack qui correspondait plus à ce que nous cherchions (un bûcheron). Nous en avons profité pour recruter un guitariste soliste, Lloxan. En 2007, « Call MIND-1-1 », un 1er album autoproduit est sorti et s’est écoulé à 2000 exemplaires. Les concerts sont devenus de plus en plus fréquents et importants, grâce à l’implication de Lloxan au niveau du management. En 2008, nous avons fait un festival en Equateur devant 8000 personnes… et malheureusement peu de temps après notre bassiste à du renoncer pour des raisons familiales. Max est arrivé ! Du coup, comme nous voulions sortir un album très ambitieux, nous avons préféré d’abord enregistrer un EP.
CRACKMIND « A Rose May Fly… »Fin 2008, « A Rose May Fly… » est sorti à 1000 exemplaires. Il nous a permis de voir que le line up était cohérent et puissant. Il nous a également servi à définir le style de son et de production que nous voulions pour l’album à venir, qui sortira… fin 2009 ?

 

Au niveau des influences de CRACKMIND, peut-être peuvent-elles se faire sentir par les influences individuelles. En général, les gens ont du mal à nous coller une étiquette. Parmi les noms qui nous reviennent, on trouve Metallica, Godsmack, Audioslave, Soundgarden ou Black Label Society. J’ai l’impression que c’est du au timbre de voix de Normann.

 

Lloxan : Bien répondu Az !!!

 

Max : Bon, vu que ça fait juste un peu plus d’un an que je fais partie du groupe, ça va être plutôt court. Je suis arrivé début mai 2008 et je suis vite mis dans le bain… Pas le choix ! Concert 3 semaines après mon arrivée et enregistrement du EP « A Rose May Fly… » début juin. Je n’ai pas chômé ! Après, suivent plusieurs concerts avant de commencer la composition du nouvel album fin 2008…

 

Quel artiste avec lequel vous avez travaillé ou avec lequel vous travaillez vous a le plus impressionnés ?

 

Alcatraz : Pour l’instant, en dehors du groupe, je n’ai pas eu l’occasion d’être impressionné. Ca arrivera certainement… Si par exemple, nous avions la chance d’ouvrir pour Black Label Society ou d’autres très gros groupes !

 

Sinon, dans le groupe, je suis impressionné car j’observe que nos compétences se marient à merveille. Normann chante et dessine toutes nos pochettes. Lloxan est un soliste talentueux et un brillant manager. Jack est un batteur puissant et précis et un appui précieux dans la composition. Max est un bassiste doué et quelqu’un sur lequel on peut compter ! Et crois moi, ce n’est pas évident de réunir autant de qualités complémentaires !

 

Normann : A l’époque, il y avait Jeff, batteur d’ETERNAL et premier batteur de CRACKMIND, qui m’a beaucoup apporté sur les techniques de chant et RV, le premier bassiste de CRACKMIND. RV n’était pas spécialement Rock ni Metal. Il était là pour donner un coup de main en attendant de finaliser un line up mais son jeu et son aisance notamment à la contrebasse était impressionnants.

 

Actuellement, les gars qui m’entourent dans le groupe m’impressionnent dans l’évolution et la complémentarité de leur jeu. Et depuis toujours, le mec à qui j’ai envoyé un SMS en 2000.

 

Lloxan : J’ai bien aimé bosser à une certaine époque avec la section des cuivres dans FRID’JAZZELIC. Lorsque tu as un sax, une trompette et un trombone à tes côtés, ça pulse vraiment terrible. Et puis ces mecs là étaient tous médaille d’or de tel ou tel conservatoire aussi, ça aide pour progresser. Plus récemment, en fait depuis mi 2006, je suis impressionné par les capacités que l’on a, dans CRACKMIND, pour mettre en œuvre tout ce qu’il faut pour atteindre nos objectifs. Je veux parler de travail personnel et collectif, de composition, de production, de design, d’organisation.

 

Lumber Jack : Moi, il y en a quelques-uns, malheureusement pas encore très connus comme Chris Ribera (guitariste), Frédéric Besson (Batteur) ou encore Batmike (Batteur d’Om Mani)…

 

Max : Beaucoup de gens m’impressionnent parmi ceux avec qui j’ai bossé à commencer par le soliste et le chanteur de mon ancien groupe que j’estime doués pour la composition. Pour rester sur la composition, je citerais bien sûr Alcatraz qui est en plus capable d’avoir une bonne vision d’ensemble d’un morceau et même de tout un album… Un peu comme un gourou qui dirait : « Suivez moi, c’est par là ! ». Enfin, je n’oublie pas tous les excellents musiciens avec qui je prends du plaisir grâce à leur talent et leur personnalité.

 

Comment se déroule la préparation de votre prochain album?

 

Alcatraz : Le prochain album est prévu pour fin 2009. Nous entrons en studio mi-juin et pendant un mois, nous allons l’enregistrer. D’ailleurs, si tu veux faire quelques clichés ou un petit « report » de nous en studio, tu peux passer nous voir !

 

Lloxan : La majeure partie du travail de promotion de l’album à venir arrivera après le studio, à la rentrée. Pour l’instant, je travaille surtout le booking de fin 2009 et début 2010. Des plans intéressants entrent et nous permettront de promouvoir cet album un peu partout en Europe mais aussi en Amérique du sud. Des retours importants aussi de distributeurs et d’un gros label français.

 

Max : Dernièrement, on en a pas mal parlé sur différentes radios. On donne aussi l’actualité du groupe et donc de l’album sur MySpace, Facebook, et la newsletter mensuelle... On essaie de faire parler de nous.

 



Quelle ambiance se dégage de ce prochain disque ? Que diriez-vous au public afin qu’il l’écoute et l’achète ?

CRACKMIND
Alcatraz 
: L’album va s’appeler « Born Again Crackmind ». C’est évidemment un clin d’oeil aux BAC, les Born Again Christian. Cet album a donc pour thème la renaissance. Sans être réellement un concept album, nous voulions composer autour d’un thème central pour que l’ensemble des morceaux reflète ce que nous sommes. Le but est de faire un album comme on les faisait avant l’avènement du téléchargement et du streaming qui favorisent l’écoute individuelle de morceaux, de singles. Nous avons donc écrit 13 titres pour un rendu cohérent au service de la musique telle qu’on l’aime. Cet album dévoile le côté le plus puissant et le plus sombre de CRACKMIND. Nous allons aussi particulièrement soigner les visuels. On espère que les gens qui achèteront cet album retrouveront l’excitation qu’on peut avoir quand on déballe un CD (ou un vinyle), qu’on le glisse dans sa platine et qu’on part en voyage pendant plus d’une heure, scotché à la musique, accroché au livret, rivé aux paroles. C’est en quelque sorte un retour à l’authenticité.

 

Lloxan : Pour l’ambiance, écoutez l’album allongé dans le noir, la tête bien coincée dans votre casque et voyagez entre Doom, Thrash, mélodies, Metal, Hard Rock moderne et innovateur, puissance, mort renaissance et vie

 

Lumber Jack : Dans ce prochain album, il y a tout ce qu'on aime. Des chansons Doom, des chansons rapides et d'autres avec des riffs ravageurs. Il y en a vraiment pour tout le monde et pour un public de 7 à 77 ans !

 

D’où vous vient l’inspiration ?

 

Alcatraz : En général quand nous travaillons sur un album, nous avons déjà la thématique du suivant. On sait ainsi toujours où on va aller ! L’idée de B.A.C. est donc née à l’époque de « Call MIND-1-1 ». Les idées se sont ensuite précisées petit à petit. En terme de composition, j’ai pour ma part une vision globale. Au fur et à mesure de l’écriture de l’album, je ressens les morceaux qui vont s’inscrire dans l’ensemble. Je compose donc en général des titres complets ou des morceaux issus de riffs qui ont la possibilité d’être tirés dans tous les sens pour qu’ils correspondent à la vision imaginée. Tout ça est ensuite bien sûr travaillé en groupe pour que les arrangements collent à l’esprit d’origine.

 

Normann : Une fois la thématique générale établie, l’inspiration du texte et des mots viennent du « yaourt » qu’inspire la musique et de l’émotion qu’elle dégage.

 

Lloxan : J’aime travailler de nouveaux riffs seul chez moi. J’ai une pièce spéciale à cet effet avec pas mal de matos, des photos de mes guitaristes préférés, des posters et des affiches sur les murs. Je bosse aussi le midi dans ma voiture pendant la pause déjeuner. Après avoir mangé rapidos mon sandwich ou ma salade, je vais me garer dans un endroit calme et isolé et l’inspiration me vient parfois. Cela dépend d’un tas de paramètres que nous ne contrôlons pas. C’est ni physique, ni spirituel ou alors, peut être les deux à la fois ??? Toutes ces idées sont ensuite retravaillées en répét pour donner naissance à un nouveau morceau ou pour compléter ou enrichir un morceau déjà ébauché. C’est comme une grosse base de données remplie de riffs divers et variés que l’on utilise ou non selon les besoins. Concernant les soli, je les travaille « en solo » chez moi sur les pré-maquettes enregistrées dans notre salle. Le style et la structure du solo dépendent du morceau et de la couleur, de l’orientation que l’on souhaite y donner. C’est à ce niveau qu’Alcatraz intervient. Il sait exactement comment devra sonner tel ou tel morceau et quel sera sa place sur l’album. A moi de trouver ensuite le solo qui devra servir le morceau. Sur BAC, il y aura des tendances ou plans bluesy, classiques, modernes, orientaux, Rock, Metal…

 

Max : Pour ma part, lorsque je crée les lignes de basse, je m’imprègne du morceau, et je me laisse aller.

 

Quel est votre titre favori du nouvel album et pourquoi ?

 

Alcatraz : La question piège ! Impossible à dire pour le moment. On verra peut-être après l’enregistrement studio si je peux répondre à cette question. Pour l’instant, vu la construction de l’album qui véhicule des émotions et des ambiances très différentes, j’aurais tendance à penser que le titre favori sera fonction de l’humeur de celui qui l’écoute au moment où il l’écoute ! Ce qui est bien !

 

Normann : Ouch !!! Je m’abstiens… Mais l’état d’esprit du moment crée indéniablement un turnover important quant au favori.

 

Lloxan : Impossible à dire. Ils sont tous, potentiellement, éligibles dans cette catégorie.

 

Lumber Jack : Question très difficile que je me suis déjà posée. Et tous les jours mon opinion change. Je me suis aperçu finalement que ça dépend de mon humeur du moment.

 

Max : Difficile de répondre à cette question... L’album véhicule plusieurs émotions et je rejoins Alcatraz sur le fait que ça varie en fonction de l’humeur… Là tout de suite, je dirais « Mandragore », titre qui évoque la noyade puis la renaissance…

 

Pensez-vous apporter quelque chose de nouveau à la musique avec ce cd ?

 

Alcatraz : Je ne crois pas à la révolution permanente dans le Hard-Rock et le Metal mais à l’évolution ! Je me réjouis d’ailleurs du retour à l’authenticité que je constate en ce moment. Retour en force du classic-rock, productions de plus en plus sincères, retour des groupes… sur scène ! Ce que nous apportons de nouveau en ce moment, c’est précisément cette conviction. La musique a une âme. Il est possible de jouer un style puissant, lourd et efficace sans avoir recours aux artifices des productions synthétiques, gavées de compression et aux masterings de plus en plus dopés ! Notre démarche respecte les racines du genre et considère ceux qui nous écoutent comme des mélomanes plutôt que comme des clients. Notre musique est faite pour laisser une impression durable, pas pour motiver une pulsion d’achat !

 

Normann : Du nouveau peut-être pas mais de l’original dans ce style musical… Oui ! Je pense…

 

Lloxan : Une nouvelle appellation dans toutes ces catégories diverses et variées que l’on rencontre dans le Metal. Laquelle ? J’ai pas encore trouvé…

 

Lumber Jack : J'ai vraiment l'impression que l'on va dans un sentier pas encore débroussaillé et que l'on explore totalement une autre vision du Hard-Rock et du Metal avec ce prochain album.

 

Une tournée est-elle prévue prochainement et à quoi peut s’attendre le public ?

 

Alcatraz : Nous sommes en train de préparer tout ça pour attaquer la rentrée de septembre sur les chapeaux de roues et aussi pour défendre comme il se doit l’album quand il sortira : sur scène ! Le public peut s’attendre à une bonne grosse dose d’énergie, livrée brut de fonderie !

 

Normann : De la sueur !

 

Lloxan : Je peux dire aujourd’hui que l’on tournera en France et dans ses pays voisins avec Dezperados. C’est une tournée organisée par Nordgazic. Il y a aura  peut être aussi la tournée du Hellcoholic tour 2009 en France et Benelux. On travaille également sur une tournée avec le groupe équatorien Sal Y Mileto en France, Allemagne et Amérique de Sud (Equateur, Colombie).

 

 

Message aux HEAVY SOUNDERS :

 

Alcatraz : « Le Power-Rock, c’est du Hard-Rock qui va jusqu’à 11 ! ». Merci à tous ceux qui liront cette interview et qui auront la curiosité de venir nous voir jouer ou d’écouter nos disques. Merci à toi pour ton soutien ! A bientôt !!!

 

Normann : « Born Again Crackmind » ! Votre leitmotiv de fin d’année…

 

Lloxan : C’est encore mieux en live !

 

Max : Un grand merci à tous ceux qui nous suivent, qui s’intéressent à nous et qui nous soutiennent. Ca fait chaud au cœur et cette chaleur nous la rendrons !

 




Site web : http://www.crackmind.com

MySpace : http://www.myspace.com/crackmind

 

 






 

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article