LUNATICA - New Shores (2009)

Publié le par HeavySoundSystem - leppard62

 

Beaucoup penseront que LUNATICA profite du succès de NIGHTWISH et de WITHIN TEMPTATION pour se faufiler dans le brèche ouverte. Après tout, pourquoi pas ? Cependant, ce groupe suisse n’est pas né de la dernière pluie… En effet, sa formation date de 1998 et ce NEW SHORES n’est pas moins que son quatrième album.

Le groupe, vous l’aurez compris, officie dans le Melodic Symphonic Metal mais la voix agréable d’ANDREA DÄTWYLER n’est comparable en rien à celle de SHARON, d’ANETTE (euh… quoique parfois) ou de TARJA. Musicalement, nous pourrions trouver quelques légères similitudes en matière d’arrangements et d’orchestrations avec les groupes déjà cités, certes.  Mais LUNATICA a sa propre identité et dire qu’il est peu inspiré et qu’il lorgne sur la copie du voisin serait trop injuste : les passages de claviers se veulent modernes en grande majorité (Into The Dissonance, New Shores ou The Day Of Falcon Dies à titre d’exemple), voire prog (The Chosen Ones) quand ils ne sont pas symphoniques et la paire D’INCAU/TORRETI alimente aisément les compositions dans un registre assez classique mais des plus efficaces.

Nous n’avons pas affaire ici à un chef d’œuvre mais SASCHA PAETH (gage de qualité ! EDGUY, KAMELOT, RHAPSODY...) derrière les manettes aura certainement permis à LUNATICA de passer à un niveau supérieur. Ainsi de biens belles chansons composent cet album (j’en retiens tout de même six sur onze !) mais il leur manque le « je ne sais quoi » qui leur donnerait plus de grandeur encore tant sur les plus rythmées que sur les ballades parfois un peu trop « sucrées » mais si bien menées. C’est donc un avis partagé qui résulte de cette écoute. Peut encore mieux faire !     

 

6/10

Style : Symphonic Melodic Metal


 

Sortie : 27/02/2009

 

A écouter en priorité :
New Shores, Two Dreamers, Into The Dissonance,
Heart Of A Lion, My Hardest Walk, How Did It Come To This.


Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article