AIRBOURNE interview - No Guts, No Glory (2010) - Roadrunner Records - HEAVY SOUND SYSTEM

Publié le par HeavySoundSystem - Oliiver

 
 

 


uk-flag.jpg  DRAPEAU_ALLEMAGNE.gif

Après le démarrage d'une carrière sur les chapeaux de roues en 2008, nul doute que AIRBOURNE est attendu de pied ferme pour la suite au très réussi RUNNIN' WILD. Deux ans plus tard, NO GUTS, NO GLORY lui succède enfin ! 
Nous évoquons rapidement avec RYAN O'KEEFE (batterie) le succès du premier album et entamons la conversation à propos de la nouvelle galette.

P.S : À l'heure de cet entretien, nul ne connaisait la prochaine programmation du groupe à l'affiche du HELLFEST 2010.



Avant de parler de votre nouvel album, quel bilan fais-tu de la tournée qui a suivi RUNNING WILD, votre premier album ?

 

Beaucoup de concerts, je ne me souviens pas du nombre exact ! Beaucoup d’amusement et de bons souvenirs ! Des festivals à la belle saison, certains me reviennent maintenant… Tous les jours un public différent, un nouveau pays, un climat différent aussi ! C’était géant. Nous sommes impatients d’entamer notre nouvelle tournée planifiée sur les deux prochaines années.

 

Combien de copies de RUNNING WILD ont été vendues à ce jour ?

 

Hen… je n’en sais rien ! Pffff… Euh… Je ne suis pas sûr….

 

Sais-tu au moins où vous avez le plus vendu ?

 

Je n’en suis pas sûr non plus… (rires). Quoi qu’il en soit le label nous prend bien en charge, euh… les ventes sont extrêmement bonnes… (rires)

 

Le succès a-t-il changé les relations entre vous quatre ? Est-il facile de partager un même groupe avec son frère ?

 

Mon frère et moi avons toujours été sur la même longueur d’onde. Nous ne rencontrons pas énormément de soucis dans les prises de décisions. Nous nous comprenons et nous nous connaissons bien. Nous partageons les mêmes choses, les mêmes avis. Cela fonctionne vraiment bien entre nous… 

 

Ce succès a-t-il changé vos vies ?

 

Non, pas vraiment… Cela les a changées dans le sens où nous voyageons beaucoup pour jouer tous les soirs. C’est une sensation que personne ne peut s’offrir en l’achetant !  Nous avons énormément de chance !  Nous sommes toujours ces gars qui aiment jouer le Rock’n’Roll, boire un verre le week-end et s’amuser !

 

Ressens-tu une certaine pression à l’aube de la sortie de votre deuxième album NO GUTS, NO GLORY (08 mars 2010) ? 

 

Oh, non ! Nous sommes très fiers de ce disque ! Nous attendons qu’il sorte pour jouer du Rock’n’Roll encore et encore !

 

Votre travail de promotion commence, quelles sont les réactions de la presse ?

 

C’est positif à 100%. 110% même ! L’accueil qui nous est réservé pour nous qui venons d’Australie est bluffant. Nous abordons différents thèmes lors de nos entretiens et nous y prenons un grand plaisir.

 

Vous avez écrit une trentaine de chansons lors de votre précédente tournée, comment avez-vous sélectionné les treize qui figurent sur ce nouveau disque ?

 

Je dirais même une quarantaine. Beaucoup d’idées nous sont venues et nous avons gardé l’essentiel des quelques unes qui traitaient d’un même sujet pour les concentrer dans l’album. Les idées restantes seront  sereinement exploitées dans les deux prochaines années  pour la réalisation du troisième album.

 

C’est MIKE FRASER  (AC/DC, Aerosmith, Zeppelin, Satriani, Hatebreed, Franz Ferdinand, Chickenfoot) qui mixé NO GUTS, NO GLORY, que lui  a-t-il apporté de plus qu’à RUNNING WILD ?

 

Nous avons profité de son expérience tant professionnelle que relationnelle avec de grands noms. Il a capturé un son live et c’est ce que nous souhaitions lors des sessions d’enregistrement. C’était un honneur que de pouvoir travailler avec lui !

 

Quelle ambiance se dégage de NO GUTS, NO GLORY ?

 

Son titre la résume bien, c’est un bon slogan. C’est du Rock’n’Roll énergique qui fait notre fierté. Il est une bonne description de l’esprit actuel du groupe.

 

L’ensemble des compositions atteint rapidement son objectif qui est celui de prendre aux tripes. Quelle est selon toi la meilleure recette pour faire du Rock ?

 

Il y a tellement à dire à ce sujet ! La meilleure recette est celle qui te fait machinalement taper du pied lors d’un festival alors que tu dégustes une bière avec un pote ! Le groupe arrive sur scène et c’est parti ! C’est çà !

 

 

 

 

Parlons maintenant de quelques unes de vos nouvelles chansons. Commençons par BORN TO KILL qui ouvre l’album. Lorsque l’on écoute ce titre, l’impression est que AIRBOURNE est fier de revenir sur le devant de la scène et que rien ne l’arrêtera car chargé à bloc !

 

Oui !! Elle traduit l’énergie qui nous anime. Nous avons pensé qu’elle était une bonne chanson pour ouvrir l’album. C’est une chanson que nous avons déjà joué live et nous l’aimons particulièrement.

 

NO WAY BUT THE HARD WAY est le premier titre que les fans pourront découvrir en avant-première. Que peux-tu nous en dire ?

 

C’est une chanson que nous partageons tous. Elle représente ce que nous avons vécu ensemble depuis Melbourne. Elle traduit notre progression. C’est une bonne chanson qui dit d’où l’on vient.

 

BLONDE, BAD AND BEAUTIFUL est l’un des hits de NO GUTS, NO GLORY. Qu’en dis-tu ? 

 

Je qualifierais ce titre de… sexy track ! (rires)

 

Aussi sexy que ARMED AND DANGEROUS ?

 

(rires) ARMED AND DANGEROUS n’est pas aussi amusant mais ils vont bien ensemble ! (rires) Il est plus à propos du viagra !

 

A propos de BACK ON THE BOTTLE, l’alcool prend-il  part de votre vie ? Vous est-il nécessaire pour fouler la scène ? Il est nécessaire d’avoir de bonnes tripes (guts) !

 

Non, seulement les drogues ! (rires) Oui, il fait partie de nos vies. Il t’assure d’avoir du bon temps quoique tu fasses. L’alcool nous a beaucoup influencés et nous l’avons « enregistré » !

 

De vos nouvelles chansons, laquelle a ta préférence ?

 

IT AIN’T OVER TIL IT’S OVER que j’attends avec impatience de jouer sur scène. Elle est très rapide !

 

Des vidéos sont-elles prévues pour mettre en image vos chansons ?

 

Oui, NO WAY BUT THE HARD WAY, le premier single. Je ne suis pas certain du suivant.

 

Vous vous produirez au Zénith de Paris le 26 mars, à quoi doit s’attendre le public ?

 

De l’énergie, un show Rock’n’Roll avec une grosse production !

 

Deux dates en France dont Mérignac en février (la prestation du Hellfest n’était pas encore annoncée lors de l'entretien), cela semble léger ? Peut-on s’attendre à d’autres rendez-vous en 2010?

 

Trois festivals sont prévus en juillet en France puis nous reviendrons. Nous tournerons beaucoup cette année et la suivante.

 

On compare aisément AIRBOURNE à un grand groupe existant, tu devines lequel ?

 

Euh… AC/DC !

 

Evidemment !  Comment perçois-tu cela ? Cela devient-il agaçant ou est-ce tout simplement un honneur ?

 

Un honneur ! C’est un groupe de Rock’n’Roll extraordinaire. Notre éducation s’est faite avec ce groupe et ils sont clairement devenus notre influence.

 

Le jour où AC/DC arrête toutes activités, êtes-vous le groupe qui leur succèdera ?

 

(rires) Oh non, non , non !! Personne ne les remplacera. Ils sont les plus grands pour toujours !


Pour terminer, quelle est la question la plus stupide que tu aies jamais entendu ?

 

Euh… Je ne sais pas, je ne me souviens pas ! J’en ai une ! « Comment se prénomment les fils de ta mère ? » 

 

Merci pour cet entretien, Ryan. Que cet album vous apporte encore du succès ! Je ne pense pas que nous ayons à en douter !

 

Merci. J’attends cette année avec impatience !

 

Quel message souhaites-tu donner au x HEAVY SOUNDERS qui te lisent ?

 

Nous aimons la France, les femmes, le vin et les Rockers ! Nous célèbrerons ensemble en 2010 !

 






AIRBOURNE - Ryan O'Keeffe : Batterie entretien téléphonique 14/01/2010 - No Guts, No Glory (2010)

Photos :



AIRBOURNE




Retour haut de page :


Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article