Mr JACK interview

Publié le par HeavySoundSystem - leppard62




Daniel Puzio - MR JACK
Interview 05/11/2008



Que l’on soit un ancien fan de VULCAIN ou de H-BOMB, on aurait pu penser que chacun de vous avait raccroché les gants… Ce long silence, en était-il vraiment un ? Avez-vous eu depuis ces années une activité musicale ou êtes-vous retournés à une activité professionnelle sans rapport avec la musique ?

Daniel PUZIO : Raccrocher les gants … non, on a toujours caressé nos instruments. Même si nous avons été à l’écart de la scène rock, sans groupe, on reste des passionnés. Mais c’est vrai que nous sommes restés complètement en dehors du milieu, se contentant d’écouter nos disques, d’aller en concerts. Tu sais, quand tu arrêtes pour diverses raisons et à divers moments… tu prends un peu de bon temps, tu te ressources aussi. Avec Vulcain, on a passé plus de 20 ans sur les routes. Ca faisait aussi un peu de bien de « ne rien faire »… mais bien vite ça te redémange à nouveau !

D’où vient « l’étrange nom de Mr JACK » ? Y-a-t-il parmi vous un fan de TIM BURTON, un accro au JACK DANIEL’S ou est-ce en rapport avec la prise jack de vos guitares et amplis ?

Daniel PUZIO : Ca n’est pas que nous n’aimons pas Tim Burton … mais quitte à choisir, on reprendra un petit Jack …
Au départ, quand j’ai souhaité remonter un groupe, j’avais pensé à Dan’s Project ou un truc du genre... mais ça ne correspondait pas fondamentalement à ce que je voulais …Alors Jack Daniels… une boisson qui nous accompagne depuis bien longtemps …ça coulait de source, si je puis dire …

VULCAIN et H-BOMB ne jouaient pas dans le même registre, pourtant vous devez avoir tous les trois des points communs pour jouer ensemble. Quels sont-ils ?

Daniel PUZIO : Pas le même registre à l’époque, mais ça ne veut pas dire qu’on n’a pas les mêmes influences, les mêmes repères. On écoute les mêmes groupes, on aime la même musique... et plus important, on a ce feeling ensemble qui fait que cela fonctionne.
Mr Jack, c’est aussi et surtout cela… une question de feeling…Ca n’est pas en réunissant les meilleurs zicos de la planète que tu obtiens le meilleur groupe. Mais si tu as 3 ou 4 gars en totale harmonie, là, tu peux faire de grandes choses.
Quand on s’est réunis Philty, Jay-Jay et moi, on a senti vibrer ce feeling. Et ça s’est retrouvé sur nos compos. C’est ça le plus important. 

 En 2008, vous considérez-vous comme des rescapés du Hard Rock « 80’s » français ou des dinosaures incontournables ?

Daniel PUZIO : Ni l’un, ni l’autre. On est rescapés de rien et on ne se considère pas comme des incontournables. On a une histoire, un vécu et un parcours pour lesquels nous sommes fiers. On a réussi à faire certaines choses qui restent. Ok. Tant mieux, mais on ne s’est jamais reposés sur des lauriers. On a toujours continué à avancer. Nous ne sommes pas nostalgiques d’une époque révolue. Mr Jack est un nouveau groupe avec lequel on veut prouver qu’il reste une place pour le Rock en France, comme on a pu le faire par le passé. Nous ne nous considérons pas comme « arrivés ». Mais bel et bien comme un groupe en devenir.

La volonté de l’un et l’autre des deux groupes était-il à l'époque de devenir des « Rock’n’Roll Stars » ou était-ce par simple passion ?

Daniel PUZIO : Le Star system fait rêver… mais justement ça n’était pas ça notre leitmotiv. Nous , c’est la passion de la musique… jouer, être sur scène, devant un public, notre public, et faire la fête. Ce sont ça nos motivations et pas devenir des vedettes à tout prix. Ca n’est pas maintenant que nous allons espérer quoique ce soit. Mr Jack est notre nouveau groupe et c’est celui avec lequel nous voulons faire du Rock et le partager avec le plus grand monde. Le reste, n’est pas fondamental.

Votre collaboration ne date pas d’hier… en 2002 vous montiez le groupe. Votre album ne sort qu’en 2008, pourquoi tant de temps pour le réaliser ?

Daniel PUZIO : Et oui, on en revient aux fondamentaux. On n’a pas voulu griller les étapes. Un groupe c’est un collectif. Il fallait les bons musiciens et ensuite, vérifier qu’on avait bien le bon feeling ensemble, les mêmes motivations. Mais après ça reste un travail à accomplir pour y arriver. Il faut apprendre à se connaître, répéter, se forger un répertoire, le faire tourner, commencer à faire de la scène, etc, etc. Du feeling et du travail. C’est comme cela que ça doit être .. et ensuite, tu commences à réfléchir à faire un album. Si tu grilles les étapes, tu prends le risque d’imploser rapidement et en cours de route. On n’a pas fait Mr jack pour faire un disque, mais bel et bien pour retourner sur scène et sur la route. L’album sert aussi à cela.

Ton frère VINCENT n’a pas souhaité partager l’aventure ?

Daniel PUZIO : Non Malheureusement. Il a été le premier contacté quand j’ai décidé de remonter un groupe. Il ne souhaitait plus à ce moment s’investir dans un projet.

Aujourd’hui, vos envies et motivations sont-elles les mêmes qu’il y a 25 ans ?
Croyez-vous encore (si vous y avez cru) au Star System ou est-ce un tout autre sentiment qui vous fait garder les pieds sur terre ?


Daniel PUZIO : Oui, on garde les mêmes envies et motivations. On a toujours faim … je dis souvent que mon sac est prêt… ça fait 25 ans que je suis sur la route, et j’ai encore envie d’y aller, autant que je peux. Par contre, le star system, je laisse ça aux autres. Je n’y crois pas et si ta motivation c’est ça où est le rock alors ?

Exit le passé, parlons maintenant de votre album. “Jack’n Roll” est un concentré subtil de Rock et de Hard comme on n’en fait plus ou peu. Et quel moment agréable que de l’écouter ! Est-ce une volonté pour le groupe que de reproduire un bon vieux son “brut de brut” ou est-ce simplement vos racines, vos influences qui vous inspirent et qui naturellement refont surface ?


Daniel PUZIO : Les deux ! Effectivement, j’ai l’impression que ce qu’on joue n’est pas monnaie courante, à mon grand regret. J’espère qu’on comble en partie cela. On n’a pas voulu surproduire l’album. Georges, l’ingé son, qui nous suit, a tout compris ! On a fait un max de prises live pour garder l’authenticité. Ca suppose comme je te le disais d’être prêt en studio pour capter l’ énergie, la vibration et la retransmettre ensuite le plus fidèlement possible. Avec « Jack’n’Roll », on ne triche pas. Ce que vous écoutez, c’est ce qu’on joue, c’est ce qu’on aime et c’est ce qu’on vous donne sur scène.
Nos influences sont là… elles parlent d’elles mêmes .. c’est le Hard Rock des 70’s : Ted Nugent, Motorhead, Led Zep, les Stones, Grand Funk, Humble Pie, Ten Years After, …

Bien que VULCAIN ait été plus Rock’n’Roll que H-BOMB, il n’est plus question de ni l’un ni l’autre…

Daniel PUZIO : Non, effectivement. Mais le projet n’était pas de faire du Vulcain ou du H-Bomb et encore moins un peu des deux. Certes, en live, on reprend toujours un titre de Vulcain. C’est plus facile pour moi côté vocal. Mais Mr Jack est notre nouveau groupe. Qu’on ait fait partie de Vulcain ou H-Bomb, c’est du passé. On en reste très fiers et surtout on ne le renie pas.. mais on ne vit pas sur ce passé. On a envie de prouver avec Mr Jack qu’il reste de la place pour du big rock en France. 


Vous abordez différents thèmes dans vos textes, on ne peut plus Rock’n’roll !
Le monde de la musique, les filles, l’alcool, la vitesse, la mort et un peu de ciné et de politique…


Concernant la musique (en référence à, entre autres, APPUIE SUR ON et YOU SEE WHAT I MEAN), on ressent une grosse envie de repartir sur les routes… La scène te manque ?

Daniel PUZIO : C’est notre leitmotiv, c’est notre motivation première. On prend notre pied sur scène et on espère que c’est pareil pour le public, en tout cas, les réactions semblent aller en ce sens. Nous sommes des musiciens et notre raison d’être c’est le live. La scène nous manque toujours.

Les filles : elles semblent toutes tomber… ou être faciles… C’est ta façon de les voir ? Du fantasme et/ou du vécu ?

Daniel PUZIO : Derrière nos textes, il y a toujours une part de vécu … L’inspiration vient de nos expériences…

L’alcool : Mr Jack… Est-ce un culte voué à ce bourbon ? Il a semble-t-il, si tes textes sont aussi “personnels” qu’ils y paraissent, avoir accompagné une partie de ta vie…

Daniel PUZIO : C’est aussi ça le rock, la fête avec les potes. Mr Jack nous accompagne quand on est sur la route !

La vitesse : DUF CAR et LE DOCTOR en sont les témoignages… Fan de sport mécanique ? La moto semble être ton faible… Tu rends un bel hommage à Rossi Valentino ! Que t’inspire-t-il ?

Daniel PUZIO : C’est peut être une de mes premières passions. Avant Vulcain, on était déjà des acharnés. On suivait les grand prix , notamment avec Moustache, un fidèle parmi les fidèles, qui m’accompagne depuis nos tout début. Ca fait partie de ma culture.

La mort : hélas, elle fait partie intégrante de nos vies… A l’écoute de COMME TU ME MANQUES, on peut ressentir une très grande douleur ? A qui est dédié ce morceau ?

Daniel PUZIO : A mon père … Comme je te disais, notre vécu, nos expériences ressortent dans nos chansons. J’essaye aussi de rendre cela plus généraliste, car nous connaissons tous à un moment de nos vies ces moments difficiles.

Le cinema : Lee Van Cleef ! Alors là, expliques-nous ! Là-aussi quel hommage ! Tu en as été fan ? J’imagines que son rôle ANGEL EYES (dont on entend un extrait en intro du titre) t’as marqué… Pourquoi pas John Wayne ? A moins que tu sois plus fan de western “spaghetti” qu’hollywoodiens ?

Daniel PUZIO : Compare les gueules et tu comprendras tout de suite. … Chez Lee van Cleef, ça n’est pas « policé » ou formaté.

La politique avec EXCUSEZ-NOUS. Voilà le seul et unique titre qui dénonce quelque chose ! L’envie est–elle d’être plus Rock’n’Roll dans vos textes que rebels ? Vises-tu quelqu’un en particulier ? Quelqu’un qui a un comportement de monarche ? Son prénom ne serait-il pas Nicolas ?

Daniel PUZIO : Tu as vu juste, .. mais cela s’applique aux autres, à tous les autres.
On peut tous les mettre dans le même sac ! 

 
Comment se déroule le lancement de l’album (la promo, interviews) ?
Tu as un retour de chiffres notables ou est-ce quelque chose qui passe pour toi en deuxième plan ?


Daniel PUZIO : On n’a pas encore d’info là-dessus… même si ça semble bien se passer. La promo est démarrée et c’est avec plaisir qu’on se retrouve submergé d’interviews pour beaucoup de médias. Ca fait plaisir, après toutes ces années de s’apercevoir qu’on s’intéresse encore à nous et que notre album reste bien perçu et compris. Ce qu’il faut c’est que l’album puisse continuer sa vie dans les bacs et que nous puissions le défendre live, le plus longtemps possible pour nous permettre de bien travailler le prochain.

Il semble qu’il y ait un regain pour les groupes des 80’s en matière de Hard Rock français. On voit le retour de groupes comme BLASPHEME, DER KAISER, etc, en concerts ou pour des albums TRUST, ADX… Qu’en penses-tu ? Tu prends cela comme de la concurrence ?

Daniel PUZIO : De la concurrence ? Non , au contraire ! Est-ce que c’est un regain pour des groupes des années 80’s ou est-ce parce que ces groupes sont revenus avec les mêmes envies. ADX est revenu avec une tournée à la clef en France couronnée de succès. Tous ces groupes sont des groupes qui jouaient live à notre époque… Ca doit leur manquer.
On espère simplement que ça n’est pas du one shot. Mais revoir des groupes de rock live, ça fait toujours plaisir et si en plus c’est des potes, c’est encore mieux.

Que penses-tu de la scène française HARD ROCK d’aujourd’hui en la comparant à celle que tu as connue voilà plus de 20 ans ?

Daniel PUZIO : Elle est forcément différente. Ce sont de nouveaux groupes, de nouveaux acteurs … même s’il reste encore quelques vieux briscards toujours actifs. Je ne suis pas partisan de comparer... Il y a certainement du mieux aujourd’hui et du moins bien. Je vois de jeunes groupes qui ont plus de facilité pour sortir des disques… mais peut-être moins pour tourner. Notre génération est faite de groupes qui tournaient et ensuite faisaient des disques. La situation semble s’être inversée. Bien ou mal, ça n’est pas à nous de juger. Avec Mr Jack, on n’a pas changé notre credo : jouer, tourner, voyager et sortir de bons disques .

Le monde de la musique te semble-t-il toujours le même depuis cette époque ? (facile, hostile…). Quel conceil donnerais-tu à un petit jeune qui débute aujourd’hui ?

Daniel PUZIO : De faire ce qu’il a envie de faire ! Fais les choses par toi-même et n’attends pas des autres qu’il le fasse à ta place. Tu peux toujours regarder ce qui te paraît mieux chez les autres, mais tant que tu fais ça, tu ne t’occupes pas de ton groupe. Et surtout, sois sincère dans ce que tu fais . Ne regarde pas les modes.

Quels sont vos projets à court et moyen termes ? Des concerts, une tournée française ?

Daniel PUZIO : Jouer, partout, là où on veut de nous, dans tous les endroits de France et de Navarre.

Pour terminer, quel message veux-tu passer aux HEAVY SOUNDERS qui te lisent ?

Daniel PUZIO : Merci de vous intéresser à nous et on espère avoir l’occasion de vous croiser sur la route. On vous attend pour partager un bon moment !

La chronique de l'album : JACK'N ROLL




liens biographies et chroniques albums :

VULCAIN
H-BOMB

Publié dans Interviews

Commenter cet article