NASTY IDOLS - Boys Town (2009)

Publié le par HeavySoundSystem - leppard62

 

Les NASTY IDOLS, fans devant l'Eternel de Kiss, Sweet, New York Dolls et Alice Cooper, sont de retour après une longue absence : la formation née à l'été 87 avait splitté en 1995 à l'issue de l'enregistrement de l'album "Heroes For Sale". 2006, fut l'année de la réunification dans le but d'effectuer une tournée en Scandinavie, Italie et U.K et... dans ce même élan, un cinquième album est né : BOYS TOWN.   

"Sex, drugs and rock n’ roll" reste aujourd'hui le credo des quatre suédois aux cheveux noir corbeau pleins de spray qui nous assènent un Rock rendu vicieux et crasseux (ROCK OUT) grâce au chant écorché de ANDY PIERCE. Ce dernier insiste d'ailleurs parfois trop exagérément (intro et couplet de 48 HOURS) et son chant  tantôt nasillard (7 YEAR ITCH) nous rappelle entre autres les FASTER PUSSYCAT. Musicalement, l'ensemble de ce disque vous boxe efficacement le pif grâce à une production épuréé et sans fioritures qui manque peut-être de gros son. Ceci n'empêche en rien la rage de se dégager (IS THAT LOVE, NEED THE NITE) et d'obtenir des refrains bien costauds scandés de manière à vous entêter (CRASHLANDING). Le Rock des NASTY, c'est aussi deux ballades qui vous berceront : NITE LIKE THIS et IT AIN'T EASY qui lorgne du côté de PATIENCE des GUNS.

Nous pouvons accorder à NASTY IDOLS le mérite de nous envoyer en pleine face un bon rock sans que le génie (hélas) ne s'impose. Pour fan du genre averti !


PS : A noter une reprise de METHOD TO MY MADNESS de feu LORDS OF THE NEW CHURCH qui n'apporte rien à sa version originelle à laquelle je reste attaché !
  

5/10

Style : Hard Rock Sleazy


Sortie : 27 mars 2009


A écouter en priorité : NITE LIKE THIS, CRASHLANDING, 48 HOURS, IT AIN'T EASY. 


Publié dans Chroniques

Commenter cet article