HELLFEST 2009 - BEN(JAMIN) BARBAUD interview

Publié le par HeavySoundSystem - leppard62

 


English version  German version

Comme il est facile d’arriver à un festival d’été les mains dans les poches et de remplir ses « cages à miel » de bonne musique  ! Une journée ou deux, voire trois,  les doigts de pieds en éventail (de la boue entre les orteils) sous le soleil exactement (s’il s’est invité) ! Comme c’est facile !

Mais pour que cela le soit, des équipes travaillent en amont. Pour nous l’expliquer, BEN(JAMIN) BARBAUD, organisateur du HELLFEST !  

 

 

Bonjour  BEN et bienvenue dans le HEAVY SOUND SYSTEM !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le HELLFEST , veux-tu en quelques mots en faire un bref historique ?

 

C’est la quatrième édition qui va de dérouler les 19, 20 et juin à CLISSON à 30 km au sud de Nantes en Loire Atlantique. Un festival plutôt situé musique EXTREME mais relativement éclectique quand même ! On a commencé en 2006 en accueillant 20 000 spectateurs et je pense que l’on va en accueillir 60 000 cette année, soit plus ou moins     20 000 par jour.

 

 

HELLFEST 2006

 

HELLFEST 2007

 

HELLFEST 2008


Ce festival est-il en rapport avec le HELLFEST US existant ?

 

Absolument pas ! Je ne chercherais pas à cacher qu’à la suite du FURYFEST, nous salariés, nous avons voulu monter notre propre festival. On a longuement cherché un nom qui pouvait correspondre et cela nous est paru pas mal ! Mais il n’y avait aucun rapport avec l’organisation américaine.  

 

Quel est ton sentiment à la veille de cette 4ème édition ? Que se passe-t-il dans la tête d’un organisateur le Jour J approchant ?

 

Il y un peu d’excitation qui monte ! Nous sommes huit salariés à plein temps à avoir travaillé sur le festival pendant un an… A partir de samedi prochain, on va commencer à monter les premières barrières, c’est l’excitation de voir tout se monter et de voir ce que cela donne. 

 

De l’inquiétude aussi ?

 

Inquiet ? Non ! Parce que je pense qu’on a pas trop mal travaillé et que les gens à la technique, à la communication, etc., sont tous des gens compétents. Donc on est assez serein. Bon, évidemment on est toujours inquiet de se taper un week-end avec de mauvaises conditions météo ou d’avoir des accidents sur place… ça, ce sont de toutes façons les aléas du spectacle en plein air ! Cela ne sert à rien de trop stresser ! Sinon, beaucoup plus serein que l’an passé car il nous fallait faire nos preuves en terme d’organisation. Cette année, le festival risque de ressembler énormément à ce qui s’est passé l’année dernière. On a repris la même méthode, les mêmes gens qui travaillaient, les mêmes infrastructures, on est un peut moins stressé de ce côté là, quoi ! 

 

Les premières éditions étaient plus typées EXTREME, cette année (certainement pour la plus grande joie d’un large public) l’affiche s’ouvre à des groupes plus « généralistes », plus « classiques ». Pourquoi ce choix ?

 

On l’a toujours voulu ! Il est vrai que les années passées étaient plus typées EXTREME mais c’est essentiellement dû à un point de vue financier : il est plus facile et c’est plus abordable d’aller vers les groupes EXTREME que d’aller vers les groupes à tendance HEAVY qui sont plus anciens et donc un peu plus gourmands financièrement… Les années passées, nous n’avions pas pris le risque financier de se lancer là-dedans et cette année, nous sautons le pas avec des affiches d’un cran au-dessus ! Mais on a toujours voulu le faire et cela paraissait naturel d’arriver là !

On a toujours voulu avoir des groupes tels JUDAS PRIEST, etc., mais on n’a jamais osé se lancer puisque le festival était jeune. L’an passé, je le disais, l’objectif était d’améliorer l’organisation, nous avions donc plus de frais supplémentaires pour qu’elle soit au rendez-vous. On n’a pas voulu prendre le risque financier de rajouter des têtes d’affiche gourmandes. Vu que l’organisation a été plus cool en 2008, cette année, on franchit le pas ! 

 

A-t-il été facile de convaincre ces dits groupes à s’associer à une affiche qui à l’origine n’est pas la leur ?

 

Il y a des groupes avec lesquels nous étions en relation depuis quelques années mais pour lesquels les prix ne nous autorisaient pas à prendre le risque… Cette année, on a augmenté la jauge à 20 000 personnes par jour contre 15 000 l’année dernière. Cela paraissait difficile avec 15 000 de pouvoir se payer des groupes tels que MOTLEY CRUE, MANOWAR, MARILYN MANSON. L’année dernière ayant été un bonne année et le HELLFEST étant le seul festival en France, il n’était pas trop difficile de convaincre ce type d’artistes à venir jouer ici. C’est quasiment le seul endroit où… enfin, je ne pense pas que MANOWAR ou MOTLEY CRUE (MARILYN MANSON, c’est un peu différent), HEAVEN & HELL aient beaucoup d’opportunités.        


Combien de groupes cette année ?

 

108 !

 


Quelle est la proportion de groupes dits « classiques » ?

 

Ouh ! Je n’ai pas trop calculé. Mais il ne faut pas juste « saupoudrer » quelques groupes, mettre deux ou trois groupes par style de musique, ce n’est pas assez vendeur pour le public. Chaque personne est en attente de pouvoir voir une dizaine, une quinzaine de groupes minimum sur l’ensemble du week-end. On a donc essayé de le faire en BLACK, en DEATH, en GRIND, en HARDCORE, HEAVY, STONER, DOOM, etc…. Je pense que sur la globalité, l’affiche est pas mal équilibrée. Elle est peut-être moins tape-à-l’œil pour les gens qui écoutent du BLACK et du DEATH mais elle l’est plus pour d’autres. L’année prochaine, ce sera peut-être différent, plus BLACK parce qu’il y aura des groupes disponibles qui ne l’étaient pas cette année. En HEAVY, on n’a pas mis juste une ou deux têtes d’affiche, on a essayé de compléter avec des groupes susceptibles de plaire à ce même public. Tout le monde peut s’y retrouver dans l ‘ensemble.       

 

 

Pour 108 groupes, cela fait combien de scènes ? Et comment s’organise-t-on ?

 

Quatre scènes : deux grandes, côte à côte et deux chapiteaux. Pendant qu’une grande scène joue, un chapiteau joue en même temps. Nous avons essayé de faire au mieux pour qu’il n’y ait pas de clash pour les fans et comme je le dis souvent pour les gens qui sont très éclectiques, qui aiment tant MANOWAR que PIG DESTROYER, il risque d’y avoir des choix difficiles à faire mais le maximum a été fait pour que les gens ne soient pas trop ennuyés…

 

Cela dit, lorsque l’on regarde la planification, quelqu’un aux goûts éclectiques peut apprécier une large palette de groupes…

 

Oui et il est impossible de voir tous les groupes, à moins de ne voir que la moitié d’un et de voir la moitié de l’autre mais je pense que nous avons fait au mieux. Et cela n’est pas toujours nous qui décidons, des groupes jouent ailleurs le lendemain. On ne peut pas se permettre de tout choisir et de faire n’importe quoi. Donc après, comme je le disais, MANOWAR joue pendant BRUTAL TRUTH, c’est forcé être deux publics différents ! Cela ne devrait pas gêner les fans. 

 

Quelques chiffres si tu veux bien… Quelle est la superficie du site ?

 

En englobant parkings et campings, 40 hectares à peu près. 

 


Combien de milliers de litres de bière ?

 

Hou lala ! Si je me base sur les chiffres de l’année dernière, sauf erreur, 250 000  bières servies en trois jours.

 

Combien de journalistes ?

 

Waouh ! Tout est relatif… Est-ce qu’on prend les journalistes professionnels et les passionnés qui ont des webzines. On doit être aux alentours des 400 dont un bon tiers vient de l’étranger. C’est essentiellement aussi de la presse spécialisée et pas encore beaucoup de presse généraliste française.             

 

Combien de collaborateurs autour des huit personnes qui travaillent à temps plein ?

 

Je te disais huit personnes qui travaillent toute l’année avec chacune un rôle bien défini dans l’administration, dans la technique, la communication, la production artistique et évidemment des collaborateurs qui se greffent en plus au fur et à mesure que le festival arrive. Par exemple, les premières barrières vont commencer à se monter ce week-end pour arriver lors du festival à 200/250 salariés et 700 bénévoles à peu près..  

 

La pré vente des billets présage-t-elle un nouveau succès ?

 

Elle présage un beau festival ! Un beau succès ? Tout est relatif car encore une fois, cette année le festival prend pas mal de risques. On a augmenté le budget artistique global Comme je te l’expliquais, les groupes tels que MOTLEY CRUE, MANOWAR sont des groupes d’une trempe au-dessus au niveau financier, il faut donc que le HELLFEST fasse un peu plus de personnes que l’année dernière pour rentabiliser son histoire. Mais c’est bien parti pour que cela soit une belle édition.

Tu as un chiffre des pré ventes à aujourd’hui ?

 

12 000 par jour. Je pense que l’on va se rapprocher des 18 000 sur la fin. Et voire sur la journée de MARILYN MANSON, une journée peut-être complète !

Après il faut qu’il fasse beau sur place ! Dès qu’il fait mauvais temps, c’est pas du tout la même organisation et cela rajoute énormément de frais à notre équipe pour faire face. Mais tout devrait bien se passer cette année !

 

Quel budget cela représente-t-il que d’organiser une telle manifestation ?

 

Environ 3 millions d’euros. Cela fait une belle fête !

 

Des groupes tels MOTLEY, MARILYN MANSON, MANOWAR, combien demandent-ils ? 

 

Je ne vais pas les détailler car sinon cela ne va pas leur plaire mais je peux te dire que le cachet artistique des 108 groupes représente à peu près 1 million d’euros. C’est un tiers. Ce qu’il y a de plus cher dans un festival, ce n’est pas le cachet des artistes, c’est essentiellement l’infrastructure à mettre en place pour accueillir les festivaliers qui coûte un gros billet !   

 

 

 



Une polémique est née au niveau local autour du HELLFEST à CLISSON. Un collectif CLISSON SANS HELLFEST s’est formé. Pourquoi ?

Ce mouvement existe-t-il toujours et est-il à prendre au sérieux ? Est-il le fait d’une personne que le HELLFEST dérange ou d’un vrai collectif ?

 

Nan ! C’est pour ça qu’il faut minorer. Je suis de CLISSON depuis très longtemps et la majeure partie de ce collectif, je les connais. Je ne m’en suis pas vraiment inquiété, même l’an passé puisque ces gens là sont réputés pour « avoir un pet au casque ». Ce sont des gens très sectaires, on ne parle même plus de chrétienté, c’est vraiment du domaine de la secte entre guillemets. Nan nan nan, effectivement ils ont essayé de nous attaquer mais ils ont vite remarqué que la grosse majorité des Clissonnais, la mairie, le département, la région nous faisaient confiance et qu’il était inutile d’essayer de mettre de la pression sur nos épaules… C’est eux qui passaient pour des rigolos ! Donc, je ne pense pas qu’ils essayent de remettre une pression et… hé, cela doit représenter une dizaine de personnes… Ils auraient bien aimé fonder un groupe de pression en récupérant des Clissonnais mais, depuis trois ans, le festival se passe bien sur la commune et la grosse majorité des Clissonnais sont des fervents défenseurs du festival !      

 

Qu’est-ce qui a fait que ce mouvement naisse ?

 

Pfff… Des gars avec des « pets au casque » qui sont amoureux de Jésus ! Y’en a un peu partout en France… Je ne peux pas te dire, je ne suis pas dans leurs têtes. Tu sais, régulièrement depuis 2006, je reçois des lettres anonymes avec des médaillons de Marie, Joseph , des livres contre le satanisme avec des adresses pour que j’aille me faire exorciser ! Des illuminés, y’en a un peu partout !  

 

J’imagine que si de nouvelles éditions se font, c’est que la mairie est d’accord et qu’elle a certainement compris qu’un enjeu économique non négligeable a un impact sur la localité

 

Non négligeable, c’est sûr !  En terme de retombées en image, économique au niveau des commerçants. C’est évident que pour une petite ville comme CLISSON, ça joue dans la balance évidemment.

 

Sur le blog du fameux collectif ( clissonsanshellfest.unblog.fr ), des menaces auraient été faites. Que penses-tu de ce comportement démesuré de certains festivaliers ?

 

Comment ça ? Là, tu me l’apprends ! Des gens extérieurs à la ville de CLISSON ont peut-être cru cela important mais bon… Je savais de qui ça venait. Quand j’ai vu ça, j’ai rigolé ! Je n’ai donc pas du tout prêté attention à leur truc…

Ils ont essayé de mettre une pression sur les élus de la commune, du département, de la région, ils se sont faits renvoyer « bouler » proprement. Donc moi, je n’ai pas fait attention. Je ne sais même pas s’il y a eu des menaces, je n’ai même pas regardé, je t’avoue. C’est du vent.

C’est vrai que des groupes de pression, il en existe en France et on reste toujours vigilent. Faudrait pas que cela tombe aux oreilles de gens… Ce sont des gens qui ont pas mal de contacts, qui sont assez puissants sur CLISSON mais moi, je les connais bien. Y’a pas à s’inquiéter du tout !

 

Qu’avez-vous prévu cette année pour éviter tous débordements qui ne seraient que l’acte de quelques personnes ?

 

La préfecture et les Renseignements Généraux avec qui on a travaille régulièrement durant l’année sont vigilants avec ce qui pourrait se passer en amont du festival. On n’est pas à l’abri que ce groupe de personnes un peu illuminées aille jusqu’à détériorer quelques monuments ou quelques « je ne sais quoi » pour faire porter le chapeau aux festivaliers. Préfecture et gendarmes sont pleinement conscients de la qualité humaine des festivaliers présents au festival. Ne soyons pas inquiets à ce niveau-là !

 

Dans l’édito du  programme du HELLFEST 2009 glissé dans le magazine ROCK HARD, le 4ème paragraphe est un message au Ministère de la Culture. Que peux-tu nous en dire ? Tu parles de reconnaissance, qu’attends-tu exactement ?

 

On est toujours un peu… pas dégouté mais gêné de voir que vu l’ampleur de la manifestation aujourd’hui…Il faut savoir que le HELLFEST (toutes musiques actuelles confondues) est le festival le plus important en région du pays de la Loire, que plus de 40 % de ses festivaliers viennent de l’étranger et malgré tout on a des refus du Ministère de la Culture à nous prendre en considération. Il nous balance que le festival n’a pas d’intérêt assez important pour justifier une subvention. Quand on regarde d’autres événements qui ont moins de portée que le nôtre être subventionnés, ça agace !

       

Je comprends ton agacement d’autant que vous attendez 60 000 festivaliers, il y a de quoi se poser des questions…

 

Voilà ! Les choses bougent aussi au fur et à mesure. C’était pareil avec la région et  le département avant. Ca commence à bouger !

 

Toujours dans cet édito, tu parles à nouveau de musique EXTREME, n’est-ce pas paradoxal dans la mesure où l’affiche s’ouvre à d’autres styles ? Ou faut-il parler simplement de METAL et HARD ROCK ?

 

Je suis mal placé pour te répondre, je ne l’ai pas écrit ! Je l’ai survolé mais ce n’est pas moi qui l’ai fait et je ne me rappelle pas ce qui est marqué dedans !! (rires)

 

Bon, je formule ma question autrement alors… Compte tenu de ce que tu m’as dit auparavant, nous pouvons d’ores et déjà nous attendre l’année prochaine  à une affiche plus éclectique encore qu’EXTREME !

 

C’est notre leitmotiv depuis le début ! Certains publics peuvent se sentir lésés mais l’année prochaine ce sera encore différent. Certains diront que c’était mieux avant, etc. ! Contenter tout le monde, c’est difficile !

 

Pour contenter tout le monde, comment vous-y prenez-vous ?  

 

Y’a pas de recette miracle. C’est essayer de faire au mieux en se mettant à la place des festivaliers et en se disant l’apport de tel groupe mélangé à tels ou tels autres devrait contenter une grosse partie. En sachant que tu as toujours des gens qui recherchent autre chose… Au vu des billets que l’on vend à l’étranger, je suppose que l’on convient quand même à pas mal de personnes. Mais y’a toujours des mécontents !

 

 

 


L’affiche se construit donc par suppositions… Si on met tel ou tel groupe, cela devrait fonctionner…

 

Voilà ! C’est à force d’écouter les gens, avoir le nez fin, se dire celui qui aime tel groupe devrait aimer celui-là aussi et c’est essayer de faire un menu global qui a de la gueule ! Et une fois que tout est fini… tu espères que cela va marcher !

 

On parle de suppositions… Mais avez-vous un réel retour du public ? Les gens vous contactent-ils ?  

 

On écoute ce qui se dit, on prend en compte les remarques qu’elles soient positives ou négatives. Et puis après, nous avons une culture musicale très éclectique de notre côté dans le bureau. On ne veut pas non plus qu’on nous dicte nos choix et on essaye de faire un bon mélange ! Mais y’a pas de recette miracle, une année cela va plaire à une personne et pas l’autre année…    

 

Quel est LE groupe que tu aimerais voir venir jouer en tête d’affiche au HELLFEST ?

 

Celui qui risque d’être possible un jour ou l’autre, c’est IRON MAIDEN. Si le festival continue à bien se dérouler et que le public suit, je pense qu’on devrait se mettre d’accord avec eux. Mais celui que j’aimerais bien voir par rapport à mes goûts, c’est AC/DC. Cela reste complètement utopique puisque financièrement le festival ne pourra jamais se le payer ! Il faudrait que je festival contienne le double si ce n’est le triple de personnes. Un festival à 50/60 000 personnes par jour, ce n’est pas ce qu’on veut. On voudrait garder une taille relativement humaine et ne pas dépasser les 25 000 par jour.

On pourrait faire venir AC/DC mais il faudrait qu’ils jouent seuls car on ne pourrait pas se permettre de prendre d’autres groupes autour. La volonté du festival est d’avoir des têtes d’affiche qui rassemblent beaucoup de personnes mais aussi pouvoir se faire plaisir et prendre des risques sur des artistes méconnus et qui passent trop rarement ici.   

 

Des groupes déclinent-ils l’offre ?

 

Oh oui ! Cela arrive régulièrement parce qu’ils ont de meilleures offres sur le même week-end, parce qu’ils ne sont pas disponibles, parce que l’affiche est trop ceci ou cela, parce qu’ils ne sont pas contents de leur place sur l’affiche… Il n’y en a pas beaucoup car ils sont contents de venir, vu que c’est le seul festival français ! Si on se met d’accord sur un cachet artistique, il n’y en a pas beaucoup qui refusent. Mais il y en a eu. Oui !   

 

Que dis-tu aux festivaliers potentiels pour les convaincre définitivement de se rendre à CLISSON cette année qu’ils soient fans de METAL EXTREME ou de CLASSIC METAL ?   

 

De regarder l’affiche ! Je ne sais pas quoi te dire de plus. On a fait des efforts au niveau de l’organisation… Pour les convaincre… euh… s’ils ne sont pas convaincus par la qualité de l’affiche, c’est difficile ! On aime ou on n’aime pas. On s’y retrouve ou pas !

 

Quels conseils donnes-tu aux festivaliers pour que le séjour leur soit agréable sous le soleil de CLISSON (s’il est au rendez-vous) ?

 

Ah ! Ah ! Je ne sais pas trop non plus… Venir entre copains, pas se poser de questions et passer un bon moment !

 

 

Entretien téléphonique du 19 mai 2009
Visuels et photos fournis par
www.hellfest.fr




HELLFEST 2009 - photo report


Cliquez :

 

ve.19 juin

 

 

sa. 20 juin

 

 

di. 21 juin

 

 

 
 

Cliquez :
photo






Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article